Victoire des Marques de Luxe Contre la Contrefaçon sur Amazon :

On en parle pas souvent, mais le frein principal des marques de luxe pour aller sur Amazon, alors qu’elles sont présentes sur TMall (Alibaba) en Chine, est souvent lié à la présence de produits contrefaits vendus sur la plateforme. Ce qui a le chic d’énerver les marques, qui font le reproche à la plateforme de ne pas être en mesure de résoudre définitivement le problème.

Dans cette optique, cette décision d’un tribunal chinois dans une affaire de ventes à l’étranger de produits contrefaits sur Amazon, est une avancée énorme pour les marques. La collaboration entre l’Unité de lutte contre les contrefaçons d’Amazon (CCU) et le groupe Prada a permis de fournir des informations et des preuves aux autorités chinoises et a abouti à la culpabilité d’un contrefacteur pour la vente de produits de luxe contrefaits.

C’est un cas rare où un renvoi pénal de la CCU a abouti à un jugement basé sur des preuves de ventes de contrefaçons à l’étranger et l’envoi de stock en dehors de la Chine, et non sur des produits contrefaits saisis par la police dans des entrepôts.

Amazon communique sur l’emploi de technologies de protection automatisées pour empêcher les contrefaçons d’entrer sur ses sites. En 2022, ils ont empêché plus de 800 000 tentatives d’ouverture de nouveaux comptes de vente (les fameux KYC). Si ce premier barrage est passé, c’est la CCU d’Amazon qui a pour rôle de faire la police. Le chiffre annoncé est vertigineux : Amazon annonce plus de 1 300 poursuites en justice aux États-Unis, au Royaume-Uni, dans l’Union européenne et en Chine.

Pour Prada, la collaboration avec Amazon a permis de lutter contre ceux qui copient et vendent leurs produits avec tout l’impact négatif sur leurs image de marque. On peut imaginer que si cette collaboration est fructueuse, la présence de Prada sur le LuxuryStore d’Amazon sera une finalité ?